Adresse

Siège / Atelier / Centre de Formation:
15 avenue du général de Gaulle
49150 Baugé-en-Anjou

Téléphone: 06.88.13.09.29

Vous avez une question?
Contactez-nous: contact@esprit-cuir.fr

Les cuirs

Présentation de nos cuirs, vendus en collet, morceaux, bandes, lacets, lamelles...

Les cuirs


La traçabilité, gage de qualité !

Nos fournisseurs :

Nous travaillons avec les tanneries Radermecker, De Chamont et Packer Leather.

Les bandes découpées dans du Demi-dosset – Tannerie De Chamont

Nous pouvons couper des bandes à la demande. Nous proposons de base les largeurs suivantes : 39, 34, 29, 24 et 19 mm. N’hésitez pas à nous solliciter pour d’autres formats. Nos bandes font minimum 1,8m et font souvent plus 😉

Nous proposons ces lacets en largeur de 3 ou 5 mm. Ils sont coupés à la demande en fonction de la longueur que vous souhaitez ou vendus en bobine de 20 ou 50 mètres.

Le lacet de kangourou fait environ 1 mm d’épaisseur et il est extrêmement résistant. En version naturel, il peut se teindre mais il faut noter que certaines teintures à l’eau ne seront pas très efficaces.

Les formes de type porte-clés / bracelet / lamelles – En cuir naturel ou teinté

N’hésitez pas à nous contacter pour que l’on refasse du stock

Lamelle cuir type Birka
Lamelle cuir type nain n°1
Lamelle cuir losange

Mais à quoi servent ces lamelles ?

Ces lamelles sont destinées à la fabrication d’armures lamellaires. Elles peuvent être en corne, cuir, métal, bronze. Elles sont souvent de forme rectangulaire. Et assemblées à l’aide de lacets.

Ce type de montage avait l’avantage de rendre l’armure facilement réparable et ajustable.

On la retrouve dans de nombreux pays/continents : Chine, Japon, Mongolie, Europe, Afrique du nord.

L’armure lamellaire à supplantée l’armure d’écailles car ces dernières étaient fixées sur une base et la rendait moins mobile que l’armure lamellaire. 

Armure lamellaire en cuir
Armure lamellaire en cuir
Armure lamellaire en cuir

Vous trouverez sur cette page d’autres exemples de lamelles en cuir et de mises en valeur.

Cuir végétal / cuir minéral

Le cuir est la dépouille de l’animal rendue utilisable par le tannage.

 

Le cuir est composé de deux parties : l’épiderme ou fleur (surface que l’on travaille) et le côté chair ou croûte. Cette dernière est constituée de fibres qui, lorsqu’elles sont mouillées, gardent les traces réalisées par les matoirs et autres outils de repoussage. Cela permet d’obtenir du relief qui est conservé après séchage, car le cuir (les fibres) se durcit.

Il est donc important pour tout travail de repoussage de travailler sur un cuir non gras.

 

Définition :  

“Est considéré comme du cuir le produit obtenu de la peau animale au moyen d’un tannage ou d’une imprégnation conservant la structure naturelle des fibres de la peau et ayant conservé tout ou partie de sa fleur.”  Décret n° 2010-29 du 8 janvier 2010.

Le tannage végétal

 

Le cuir tannage végétal n’est pas un cuir à base de plante (comme on me l’a demandé). Le cuir n’est donc pas vegan 😉

 

« Produit vegan : produit exempt de toute substance d’origine animale, n’ayant fait appel à des agents techniques d’origine animale et n’ayant été testé d’aucune façon sur eux. » Association Vegan France

 

Le mot “cuir” provient du latin “corium” ou peau des animaux. Le cuir végétal est donc de la peau d’animaux que l’on a tannée avec les tanins contenus dans les écorces d’arbre d’ou son nom de végétal. 

Le cuir est dit végétal de par son mode de tannage. 

 

Le décret 2010-29 du 8 janvier 2010 portant application de l’article L.214-1 du code de la consommation à certains produits en cuir et à certains produits similaires précise bien que « L’utilisation du mot « cuir » […] est interdite dans la désignation de toute autre matière que celle obtenue de la peau animale au moyen d’un tannage ou d’une imprégnation conservant la forme naturelle des fibres de la peau. ».

 

Le tannage correspond aux différentes étapes destinées à rendre un cuir imputrescible. Le terme tannage provient du mot “tannin” car l’une des méthodes traditionnelles pour tanner une peau consiste à gorger le cuir de tannins végétaux qui se trouvent en général très concentrés dans l’écorce de : Chêne, châtaigner…

Le tannage végétal est l’un des procédés les plus anciens. C’est un processus lent (environ 4 à 6 mois, voire 18 mois) et moins polluant que le tannage minéral car les éléments issus du processus de tannage sont parfaitement biodégradables. (80 % des substances végétales utilisées pour le tannage restent dans le cuir.)

Le cuir végétal est également non nocif pour la santé (pas d’irritation ni de réaction allergique).

Une fois débarrasser de leur poils de façon mécanique ou chimique les peaux sont lavées afin de retirer toutes les matières impropres notamment grâce à la chaux.

Une fois nettoyées elles sont placées dans de grandes cuves remplies de jus de tannin, puis mises en fosses. Ces fosses sont de grandes cuves généralement réalisées en maçonnerie dont le fond est garni d’écorce de chêne pilée. On place un lit de peaux, ensuite un lit d’écorce et ainsi de suite à la façon d’un mille-feuille. Ainsi chaque face est contact avec les agents tannants.

Une fois la fosse remplie, on la recouvre d’une dernière couche d’écorce de chêne puis on fait arriver dessus une eau chargée de tan qui assure la dissolution du tannin contenu dans l’écorce pour le faire pénétrer dans la peau.

Au cours du tannage les peaux sont retournées puis y restent jusqu’au tannage complet. ce tannage est long mais donne la meilleur qualité de cuir.

il existe aussi le tannage à la flotte, qui peut aussi être réalisé en amont du tannage à la fosse qui consiste à tremper les peaux dans une série de bains contenant du jus de tan de concentration croissante. Réalisé seul ce tannage dure environ 6 mois, 1 mois lorsqu’il est utilisé en amont du tannage à la fosse.

 

Les matières tannantes : 

> Le tan est de l’écorce de chêne broyée surtout utilisé pour le tannage des peaux épaisses.

Les différentes essences utilisées : écorce de chêne, bouleau, châtaigner, mimosa…

On peut parfois trouver le terme de “garouille” qui correspond au chêne kermès (Quercus Coccifera – chêne des garrigues) On utilise alors l’écorce de sa racine.

Le mimosa étant très riche en tannin il sera plutôt destiné aux peaux épaisses.

 

Les différentes parties : 

 – Croupon : peau de bovin généralement coupé en carré dont les flancs, la tête et toutes les extrémités ont été retirées. C’est la partie la plus noble et la plus robuste. Ne possède pas de prêtant et peut ainsi être découpé dans n’importe quel sens.

– Dosset : peau de bovin qui conserve toute la longueur de l’animal mais dont on a retiré les flancs. Ce dosset peut être coupé en deux. On parle alors de demi-dosset.

– Bande : c’est comme un demi-dosset mais qui a conserver son flanc. Le prix au m² est donc moins important car contient les flancs qui est une partie moins noble.

– Collet : partie comprise entre la tête et le croupon. Cette zone comprend du prêtant et dans toutes les directions (pour la mobilité de la tête de l’animal).

– Flanc : partie la moins noble avec un fort prêtant lié au déplacement de l’animal et qui peut être marqué suite aux vêlages…

On peut retrouver d’autres termes dans la langue de Shakespeare :

Shoulder : pour nous un demi collet avec son flanc. On parlera aussi de double shoulder.

Butt : pour nous un demi-croupon, on parle aussi de double butt = croupon.

La différence de prix entre un dosset et les flancs est de l’ordre de 30% voir plus.

 

Chaque partie de la peau ayant un prêtant (ou élasticité) propre il convient de bien la choisir en fonction de l’article à confectionner.

Les pièces de résistances comme les sangles sont réalisées dans le croupon, certains parties de sac dans du collet…

Il faut donc bien prendre en compte le sens du prêtant et donc de la déformation du cuir pour réaliser un objet. Par exemple, le prêtant des flancs est très fort mais dans un seul axe alors que le prêtant des collets est plus modéré mais dans toutes les directions.

 

Le tannage minéral

Tannage minéral en opposition au tannage végétal.

Il est fait à partir de d’alun (ou sel) de chrome ou d’aluminium. Ce procédé est rapide et industriel (apparition fin 19 ème).

 

Ce procédé est rapide : il suffit en général de quelques jours.

  

Les cuirs tannés aux sels de chrome peuvent provoquer chez certaines personnes des allergies qui se manifestent par l’apparition d’eczéma. Il faut donc éviter les contacts prolongés direct avec la peau.

 

Le cuir au chrome se conserve toutefois mieux mais se travaille beaucoup moins bien. Il n’est pas possible de le mettre en forme, de faire du repoussage ni de réaliser des effets de teintures (à l’exception des industriels). 

 

Les autres matériaux :  

Il peut s’agir de matériaux innovants à base de végétaux, comme « Pinatex tm» qui est une matière fabriquée à base de fibres cellulaires extraites de feuilles d’ananas, ou encore de « Mylo tm » matériau fabriqué à base de cellules de champignons, développé par la société Bolt Threads.

D’autres nouveaux matériaux innovants sont issus de technologies plus sophistiquées, il en est ainsi de « Zoa tm », fabriqué à base de collagène par la société Modern Meadow.

Mais il peut aussi s’agir de ce que l’on appelle couramment et à tort en Asie de « Synthetic leather », c’est-à-dire de textile enduit de PVC, matériau bien connu et très largement utilisé pour reproduire en partie l’aspect du cuir. 


N’hésitez pas à nous demander conseil

Artisan d’art nous pouvons apporter notre expertise dans le choix de vos outils

Frais de port gratuit à partir de 100 euros

Et n’oubliez pas de bénéficier de 5% de réduction si vous êtes membre du groupe Entraide Cuir France

%d blogueurs aiment cette page :